19.02.2015 – Conferencia de prensa: Ley sobre las residencias segundarias

La Fundación Franz Weber y Helvetia Nostra hicieron una conferencia de prensa hoy on el proyecto de ley sobre las residencias segundarias. Lee aquí abajo el comunicado de prensa en francés.

Résidences secondaires – Le projet de loi menace le tourisme

La Fondation Franz Weber et Helvetia Nostra ont tenu ce jour une conférence de presse à Berne concernant le projet de Loi sur les résidences secondaire, qui fera l’objet des discussions du Conseil nationale en plénum durant sa session de mars prochain. Constat : ce catalogue d’exceptions permettra de continuer à construire des résidences secondaires, défigurer le paysage suisse, et présente donc un danger considérable pour le tourisme suisse.

Les paysages suisses sont le principal atout du tourisme helvétique. La construction effrénée de résidences secondaires menace ce capital. Le peuple suisse l’a compris et s’est prononcé le 11 mars 2012 : non à la construction effrénée de résidences secondaires. Pourtant, le Parlement semble ne pas entendre la voix populaire et souhaite mettre en œuvre l’initiative sur les résidences secondaires de la manière la plus laxiste possible.

C’est un véritable catalogue d’exceptions permettant de contourner l’initiative sur les résidences secondaires que nous propose le Parlement : libre changement d’affectation d’hôtels, logements proposés sur des « plateformes de placement », notions juridiques indéterminées telles que « digne d’être conservé » et, dernier affront, la volonté de déclarer la loi urgente.

Il existe pourtant d’autres solutions que les résidences secondaires pour les régions de montagne : développer un tourisme durable et créer ainsi de nouvelles places de travail. Un changement de direction radical doit intervenir dans la politique touristique suisse. Selon Rudolf Tucek, invité à la conférence de ce matin, « les dommages collatéraux (des résidences secondaires) – logements trop chers pour la population locale, émigration des autochtones, infrastructures inutilisées et lieux défigurés – continuent à affliger certaines régions ». 

Non seulement la volonté populaire n’est pas respectée par le Parlement, mais il met également l’avenir des régions alpines en jeu. Un espoir demeure que le Parlement entendra raison et reviendra en arrière durant sa prochaine session. Toute décision relative à un éventuel référendum ne pourra intervenir qu’au terme du processus parlementaire. Vera Weber, Présidente de la Fondation Franz Weber et d’Helvetia Nostra, estime que « la volonté du peuple peut encore être respectée. Nous pouvons encore discuter et trouver un bon compromis helvétique ».