13.06.2017 – Mise en péril d’espèces menacées

Le projet de parc éolien de Ste-Croix empiète dans des zones de première importance pour la faune. Les machines situées au lieu-dit « La Gittaz-Dessus » bordent un corridor biologique prioritaire et portent notamment atteinte à des habitats de première importance pour le grand tétras. Pour les organisations de protection de la nature BirdLife Suisse et Helvetia Nostra, ce projet est incompatible avec la législation fédérale. Elles ont dès lors décidé de porter le cas devant la Cour de droit administratif et public CDAP du Tribunal cantonal.

Alors que la CDAP dans un précédent jugement avait admis plusieurs recours, notamment en raison de lacunes importantes dans le rapport d’impact sur l’environnement, BirdLife Suisse et Helvetia Nostra estiment que les conditions qui permettraient d’implanter un parc éolien ne sont pas remplies. Elles regrettent l’acharnement cantonal à maintenir les trois machines du site de La Gittaz-Dessus, clairement identifié comme Territoire d’intérêt biologique particulier TIBF. Ces turbines empiètent en outre sur des zones de première importance pour la conservation du Grand Tétras et de la Bécasse des bois, en violant les directives fédérales en la matière.

L’étude cumulée commandée par le canton lui-même et publiée en 2016 a identifié que l’implantation des trois machines de La Gittaz-Dessus étaient à elles seules responsables de la perte d’habitats de 71 hectares de zones de première priorité et de 30 hectares de zones de deuxième priorité pour le grand tétras, selon le modèle reconnu par les spécialistes suisses et étrangers de l’espèce. Le grand tétras est en danger de disparition en Suisse. La fragmentation de son territoire et les dérangements sont les principales menaces qui pèsent sur cette espèce. La Confédération et les cantons soutiennent un plan d’action en sa faveur. «Renoncer à implanter des éoliennes dans les secteurs prioritaires pour cet oiseau est la première mesure cruciale et évidente pour espérer conserver à terme ce géant de nos forêts» relève François Turrian, directeur romand.

Des territoires de bécasse des bois et de hibou grand-duc, deux autres espèces menacées et très sensibles aux parcs éoliens, sont aussi concernées par la trop grande proximité des machines de La Gittaz-Dessus.

D’autres lacunes ont encore été relevées par les associations. Celles-ci déplorent notamment que les décisions cantonales et communales fassent l’impasse sur l’impact paysager considérable du projet de parc éolien. A cet égard, il est important de relever que le parc éolien sera clairement visible depuis le site emblématique du Chasseron. Anne Bachmann, chargée d’affaires pour Helvetia Nostra souligne également que « l’impact des installations éoliennes sur le paysage des crêtes jurassiennes dépasse largement les frontières cantonales et qu’un autre parc de 19 éoliennes est prévu sur la Montagne-de-Buttes (NE), soit à seulement 10 kilomètres environ du site de Sainte-Croix. » 

Communiqué de presse

061317-HN-MM-Eoliennes-Ste-Croix-FR.pdf