18.12.2017 – Le Creux du Van mérite davantage d’ambition

Helvetia Nostra, BirdLife Suisse, Pro Natura et le WWF saluent l’important travail réalisé conjointement par les cantons de Vaud et Neuchâtel pour définir un plan de protection attendu de longue date. Toutefois, ce projet comporte encore certaines lacunes devant être comblées. C’est pourquoi les organisations ont déposé une opposition lors de la mise à l’enquête publique du plan d’affectation cantonal (PAC).

Le Creux du Van souffre à la fois d’une exploitation agricole inadaptée et du piétinement du public. Entre le mur et la falaise, les fleurs ont même complètement disparu par endroits. Or, ce cirque rocheux glaciaire d’une immense valeur patrimoniale et paysagère abrite une grande diversité de milieux naturels et d’espèces montagnardes. Hors des points de vue prévus et acceptés, Helvetia Nostra, BirdLife Suisse, Pro Natura et le WWF demandent une canalisation du public côté pâturage du mur jusqu’à ce que la flore soit régénérée.

Les associations demandent également que toute fumure autre que celle produite par le bétail pâturant soit supprimée sur la totalité du Haut Plateau. Elles refusent la création de zones constructibles autour des chalets d’alpage et la légalisation de parkings réalisés illégalement. Elles demandent que le plan de mobilité prévu soit réalisé en coordination avec le PAC, de manière à mieux gérer l’afflux de véhicules. Enfin, elles estiment que la chasse ne doit pas pouvoir être pratiquée dans une zone de protection de la nature et demandent donc l’agrandissement du district franc fédéral au périmètre du PAC.

Chargée d’affaires au WWF-Neuchâtel, Sylvie Barbalat souligne: «Nous demandons des mesures ciblées, le temps que la flore se régénère. A terme, tout le monde sera gagnant: une prairie fleurie est tout de même plus esthétique qu’un chemin boueux.» François Turrian, directeur romand de BirdLife Suisse estime quant à lui que «L’excès de fertilisants banalise gravement la flore. Dans une zone de protection de la nature, il est impératif de supprimer tout engrais.»

Yvan Matthey, chargé d’affaires pour Pro Natura Neuchâtel ajoute que «le plan prévoit la mise en place de zones constructibles, ce qui légaliserait des parkings aménagés sans autorisation, ce qui n’est pas acceptable. Le plan de mobilité prévu devrait accompagner ce dossier.» Anne Bachmann, chargée d’affaires pour Helvetia Nostra remarque enfin que ce projet manque d’ambition: «Afin que le Creux du Van devienne un exemple en matière de sauvegarde de la biodiversité et de respect de la faune sauvage, le district franc fédéral doit être agrandi et couvrir la totalité du périmètre de protection.»

Les photos (Anne Bachmann, voire galerie) démontrent la beauté menacée du Creux du Van et les impacts négatifs, comme le parking agrandi illégalement et l’érosion.