22.12.2014 – L’Argentine accorde l’habeas corpus, le droit à la liberté à un orang-outan

La Justice argentine a déclaré « personne non humaine » un orang-outang vivant en captivité au zoo de Buenos Aires, reconnaissant par la même occasion son droit à la liberté. La Fondation Franz Weber demande au zoo de la ville de Buenos Aires de ne pas faire appel contre cette avancée historique pour la reconnaissance des droits des animaux.

La Justice argentine a octroyé l’habeas corpus à un orang-outang qui vit au zoo de Buenos Aires, lui reconnaissant ainsi un droit à la liberté en tant que « personne non humaine ». Cette décision de la Chambre de Cassation pénale a été requise par l’Association des fonctionnaires et avocats pour les droits des animaux (AFADA) en se fondant sur les livres et ouvrages du juge Eugenio Zaffaroni, ancien membre de la Cour suprême.

Grâce à cette reconnaissance, l’orang-outang, nommée Sandra, pourrait être transférée à un sanctuaire au Brésil, où elle profiterait de sa liberté en compagnie d’autres membres de son espèce, après plus de 20 ans en captivité. Toutefois, le zoo de Buenos Aires a annoncé qu’il comptait faire appel contre la décision de la Chambre. 

Pour cette raison, la Fondation Franz Weber exhorte les autorités de la ville de Buenos Aires à demander au zoo de ne pas faire appel contre l’octroi de l’habeas corpus à Sandra, car il s’agit d’une avancée importante au niveau international pour la reconnaissance des droits des animaux non humains. En effet, pour la première fois, un animal non humain se voit concéder ce droit et un tel pas en avant ne doit pas être freiné par un organisme public tel que le zoo.

Tout recours par le zoo à l’encontre de cette décision nous paraît méprisable, et nous lançons un appel au réseau animaliste argentin pour l’éviter et pour requérir que les responsabilités politiques soient assumées au sein de la ville de Buenos Aires en cas d’appel. Nous pourrions être en présence des prémices de la Déclaration des droits de l’animal, et ce serait une fierté pour tous les argentins que ces premiers pas soient effectués dans leur pays, un événement qui figurera dans les livres d’histoire des générations futures.

Fondation Franz Weber