27.04.2016 – Une star du Flamenco « s’excuse » auprès d’un taureau

L’un des chanteurs de Flamenco les plus connus d’Espagne s’incline devant un taureau. Dans l’une de ses chansons, le chanteur Niño de Elche demande pardon à cet animal pour toutes les souffrances que les hommes lui font subir durant les corridas. La vidéo a été présentée aujourd’hui, date du 200ème anniversaire de la création de « Tauromaquia » (tauromachie) par le peintre Francisco de Goya.

Le Flamenco – l’expression-même des émotions, de la tradition et de l’esthétisme. C’est le terrain de jeu de Niño de Elche. Le chanteur de Flamenco le plus connu d’Espagne ose toutefois rompre avec les traditions. Sa vidéo « Canta al toro Fadjen » (« chant au taureau Fadjen »), tournée par la fameuse productrice de film espagnole Chus Gutiérrez, est un véritable plaidoyer pour les taureaux – et contre la « tradition » de la corrida. Elche s’écarte également de l’esthétisme. La corrida, dans toute sa cruauté et son atrocité, ne pourra jamais être esthétique.

L’émotion demeure toutefois. Obsédante, mélancolique, bouleversante. Niño de Elche se met à la place du taureau, incarne la grandeur et la souffrance de cet animal majestueux, mythique, mystique. La vidéo est moderne, reflète une nouvelle génération, une Espagne moderne. Un pays dans lequel ce chanteur de Flamenco n’a pas peur de protester contre la torture d’animaux qu’est en réalité la Corrida, et de faire passer son message à l’aide d’images et de paroles dérangeantes.

Niño de Elche agit au nom de l’Organisation Capital Animal, ONG espagnole, et de la Fondation Franz Weber. La vidéo a été présentée hier à Madrid, au Calcografía Nacional, le jour du 200ème anniversaire de la création de « Tauromaquia » (tauromachie) par le peintre Francisco de Goya.

Le message et l’empathie du chanteur pour le taureau Fadjen, qui, jeune, a été sauvé d’un terrible destin dans l’Arène de corrida, sont palpables. Moins de 24 heures après la publication de la vidéo sur la page Facebook de la Fondation Franz Weber en espagnol, celle-ci a déjà été vue plus de 50'000 fois.

Ce plaidoyer visuel fait partie d’une exposition intitulée « Otras Tauromaquias » (« Autres tauromachies »), qui se tient au Calcografía Nacional jusqu’au 25 mai prochain. Cette exposition présente des gravures de Goya représentant la réalité de son temps, ainsi que des œuvres de près de 20 autres artistes, tous unifiés contre les souffrances et l’horreur. L’exposition, tout comme la vidéo, symbolisent le passé, le présent, ainsi qu’un nouveau départ.

Voir la vidéo ici.