12.05.2022
Fondation Franz Weber

Référendum contre un plan d’affectation à Corseaux : le vignoble est en danger !

Un nouveau plan d’affectation à Corseaux autoriserait la construction d’un immense bloc de béton, un EMS/crèche, sur une parcelle viticole qui abrite le célèbre « Clos de Châtonneyre ». 10’000m2 de vignes seraient ainsi détruits à tout jamais. La Fondation Franz Weber et Sauver Lavaux s’engagent dans un combat pour sauver cette partie du vignoble emblématique de Lavaux.

Le 9 octobre 2019, la Municipalité de Corseaux s’est basée sur un plan d’extension partiel vieux de 46 ans pour mettre à l’enquête publique un nouveau plan d’affectation nommé « EMS Résidence du Léman » sur la parcelle viticole du Clos de Châtonneyre. Ce plan autorise le bétonnage de quelque 10’000m2 d’un vignoble centenaire, qui sera à tout jamais rayé de la carte si l’on reste les bras croisés.

Selon la Municipalité, il serait « urgent » de construire un EMS de 60 places (d’une hauteur de 11 mètres !) et une crèche sur le « dernier terrain disponible » de la Commune. Le problème ? Il existe déjà un EMS à Corseaux. Cet EMS, qui compte 54 lits médicalisés, n’a pas été mis aux normes depuis 2012 pour des raisons « budgétaires » qui restent obscures, laissant ainsi l’environnement des pensionnaires se dégrader, au point où il deviendrait « invivable ». Une telle façon de faire est immorale, et pourtant le laisser-faire de la commune et du gestionnaire de l’EMS servent aujourd’hui d’argument de campagne pour promouvoir ce plan d’affectation « EMS Résidence du Léman ».

Plus de 200 oppositions
Heureusement, 209 oppositions ont été déposées contre cette aberration, aux côtés de Sauver Lavaux. La Commune a ensuite décidé d’organiser un référendum communal, dont la date vient d’être fixée au 19 juin 2022.

Un mépris de la volonté populaire
Comme le disait Franz Weber en 1972, « le vignoble est une cathédrale qu’il faut protéger. On n’arrache pas la cathédrale de Strasbourg, ni celle de Lausanne. Le vignoble mérite autant de piété que n’importe quelle cathédrale dans le monde ». Ce que s’apprête à faire la Commune de Corseaux, c’est de saccager un vitrail précieux de cette grande cathédrale !

Le peuple a pourtant été clair : on ne touche pas au patrimoine de Lavaux. La Commune de Corseaux a eu, depuis 1977 (lorsque le peuple vaudois a accepté l’initiative « Sauver Lavaux » qui a inscrit la protection du site dans la Constitution vaudoise) 40 longues années pour adapter son plan d’affectation et chercher des parcelles, qui ne sont pas plantées en vignes, pour y établir une crèche ou un EMS. Elle pouvait aussi exiger la mise aux normes de l’EMS actuel. Pourtant… elle n’a pas levé le petit doigt.

Un « sacrifice » dangereux
Le Lavaux est inscrit depuis 2007 au patrimoine mondial de l’UNESCO. Ce privilège n’est pourtant pas acquis de droit. Un site peut se voir retirer de la liste s’il ne répond plus aux critères stricts posés par l’organisation. En subissant de telles attaques, c’est bien ce que risque Lavaux.

La Commune ose affirmer que ce n’est pas la perte de 5% des vignes du village qui changera quoi que ce soit. Quelle erreur ! C’est en grignotant quelques cépages « à droite à gauche », en sacrifiant des vignes et en construisant une petite maison « par-ci par-là » que le vignoble disparaît.

Si chaque Commune choisit de se montrer irrespectueuse envers ce patrimoine (dont elles ont l’honneur de pouvoir se targuer) et décide de détruire des dizaines d’hectares pour chaque construction d’utilité publique, il ne restera rien de ce que nos ancêtres nous ont légué. Il ne restera rien de ce chef d’œuvre que l’Homme a sculpté durant des siècles et sculpte encore…

Quelles solutions ?
La Municipalité refuse d’examiner d’autres solutions, arguant qu’elle aurait déjà « tout essayé ». Pourtant, il en existe, comme la mise en conformité de l’actuel EMS. L’intention de la Commune n’est autre que d’établir un second plan d’affectation spécial (encore un…) qui permettra à des promoteurs immobiliers de détruire le bâtiment actuel et de construire des logements tout le long du lac.

Au lieu d’écouter sa population, la Municipalité continue à fermer les yeux et à foncer dans le mur. Elle ne semble pas réaliser qu’avec autant d’oppositions et un plan d’extension partiel obsolète, la crèche ne verra pas le jour avant au moins dix ans ! C’est une décision qui va à l’encontre des intérêts des parents du village, qui attendent depuis trop longtemps une solution, et de tous les habitants de Lavaux.