La problématique

Pompons et bordures de bonnets, vestes ou bottes. Depuis quelques années, la vente de produits contenant de la fourrure ne cesse d’augmenter. Elle est aujourd’hui produite en masse bon marché, et par conséquent abordable. Elle est presque exclusivement utilisée pour orner des tissus et accessoires de mode, de sorte que la fourrure véritable n’est souvent pas perçue en tant que telle et que les souffrances inimaginables infligées aux animaux ne sont pas reconnues.

L’obtention de produits contenant de la fourrure n’est pas plus respectueuse des animaux aujourd’hui qu’hier. Au contraire. Depuis que l’Asie en est un exportateur significatif, la question de la protection des animaux est plus explosive que jamais. Des photos récentes le démontrent sans ambiguïté : l’élevage et l’assassinat des animaux pour leur fourrure restent associés aux pires supplices.

Bien qu’il existe une Ordonnance sur la déclaration des fourrures (ODP) depuis 2013, celle-ci est rarement appliquée correctement. Des déclarations insuffisantes, fausses, voire inexistantes, sont monnaies courantes dans le domaine des produits en fourrure. La récolte par des autorités, des organisations de protection des animaux et des médias d’échantillons de produits a par ailleurs démontré que les consommateurs sont souvent induits en erreur en ce qui concerne la production de fourrure, et sont donc encouragés à acheter. Même si l’on imposait une véritable obligation de déclaration concernant la méthode de production, celle-ci n’empêcherait l’importation et la vente en Suisse de produits à base de fourrure obtenus en maltraitant des animaux.

Notre projet

La Fondation Franz Weber a lancé, avec d’autres organisations de protection des animaux, une campagne d’information et de sensibilisation sur le port de fourrure. Au total, 2500 affiches en trois langues seront visibles toute l’année dans toute la Suisse. La campagne veut secouer, informer et choquer. Nous voulons provoquer une véritable prise de conscience des souffrances infligées aux animaux, simplement pour leur fourrure — la population doit savoir ce qu’elle porte.

La fourrure est « à la mode » dans le monde du luxe et de la beauté. La jeune génération n’est plus sensibilisée à la question — elle ne voit plus le sang qui colle à chaque article en fourrure. Notre campagne veut changer les choses, car nous sommes convaincus que c’est en informant que nous provoquerons une prise de conscience générale, de la responsabilité de chaque consommateur.

La Fondation Franz Weber soutient la récolte des signatures pour la pétition «Aucune importation de produits à base de fourrure obtenus par maltraitance d’animaux». Cette pétition exige que les membres du Conseil national et du Conseil des Etats votent en faveur de la motion 19.4425 du conseiller national Matthias Aebischer, qui vise à interdire l’importation de produits à base de fourrure issus de la maltraitance animale. Les méthodes de chasse d’animaux à fourrure utilisées couramment à l’étranger (pièges à mâchoires, pièges annulaires et pièges mortuaires), ainsi que les conditions d’élevage de ces animaux (cages étroites à fond grillagé) contreviennent clairement à la Loi fédérale sur la protection des animaux. Il en va de même pour l’abattage des animaux. qui intervient généralement sans sédation préalable. Afin de ne pas abîmer la fourrure, les animaux sont brutalement abattus, empoisonnés, gazés, étranglés, électrocutés ou écorchés alors qu’ils sont encore conscients. Les formes actuelles de production de fourrure vont donc à l’encontre des valeurs fondamentales de la population suisse.

Il est donc évident que seule une interdiction totale des importations de fourrure éviterait la mise sur le marché suisse de fourrure issue de méthodes de production cruelles. Signez la pétition et aidez-nous à la diffuser !

 

Pour en savoir plus :

  • Page de la pétition «Aucune importation de produits à base de fourrure obtenus par maltraitance d’animaux»
  • Vidéo SRF DOK (en allemand) «Fourrure reproductrice – La souffrance du renard arctique et du chien viverrin en Finlande»

 

Nos objectifs

  • Mettre fin au port de la fourrure
  • Interdire les importations de produits contenant de la fourrure sans déclaration d'origine claire
  • Démontrer que ni une interdiction d’importer, ni une interdiction de commercialiser les produits contenant de la fourrure ne sont en contradiction avec les engagements internationaux de la Suisse

actualités

Faits et chiffres

***

0 visons
tués chaque année dans le monde pour leur fourrure
0 ans
la production de fourrure a doublé depuis 1996
0 milliards de dollars
chiffre d’affaires annuel de l’industrie de la fourrure dans le monde
0 élevages d’animaux à fourrure
rien que dans les États-membre de l’UE