22.03.2011
Fondation Franz Weber

Fini, les massacres de Pigeons ramiers en Ardèche!

Depuis une dizaine d’années, les chasseurs d’oiseaux migrateurs et les protecteurs de la nature s’affrontaient autour du sort des Pigeons ramiers (Columba palumbus) dans le Sud de la France, en Ardèche. Le Col de l’Escrinet est un couloir migratoire réputé, mais fut également le théâtre de confrontations brutales.

Il y a dix ans, la Fondation Franz Weber a acquis un terrain dans cette région stratégique dans le but de surveiller et d’observer la migration des oiseaux. A chaque printemps, des centaines de milliers d’oiseaux migrateurs, dont les Pigeons ramiers si convoités par les chasseurs, partent du sud vers le nord pour rejoindre les régions européennes de nidification. A travers leur périple, ils survolent le couloir du Col de l’Escrinet, où les chasseurs d’oiseaux les attendent.

L’irritation de ceux-ci réside seulement dans le fait que la majeure partie des Pigeons ramiers survolent la région en mars, alors que la chasse
aux oiseaux migrateurs est interdite à partir de fin février. De ce fait, les chasseurs avaient déjà exigé en octobre 2010 une dérogation à la Directive européenne pour la protection des oiseaux sauvages. Ils voulaient obtenir l’autorisation de chasser 1500 Pigeons ramiers en mars sur 5 couloirs migratoires de l’Ardèche. «Le Pigeon ramier n’est pas une espèce menacée», argumentaient-ils, tout en affirmant que cette chasse
était une tradition en Ardèche depuis 1873.

Au contraire, les résultats des recensements effectués par les chasseurs, par l’Office national de la chasse et par les associations de protection
sur trois couloirs migratoires de l’Ardèche prouvent clairement la nécessité de protéger les Pigeons ramiers au mois de mars.

C’est donc avec un immense soulagement et une grande satisfaction, que les protecteurs des oiseaux ont accueilli la décision du Ministère de l’environnement de rejeter les prétentions des chasseurs.

« … Cette nouvelle devrait, espérons le, marquer la fin du très long combat qui nous a opposés au monde de la chasse pour le droit de vie des oiseaux migrateurs. Nous avons eu le privilège et le très grand plaisir d’avoir votre aide et votre soutien dans cette affaire. Je tiens donc à vous
associer à la joie de cette bonne nouvelle.! » a écrit Pierre Athanaze, président du Collectif du Col de l’Escrinet, le 9 janvier 2011à la Fondation
Franz Weber – qui a souhaité partager cette joie avec ses amis et ses bienfaiteurs.

 

Plus d’information: