22.06.2014
Anne Bachmann

Nouvelles du col de l’Escrinet

Depuis 1998, la Fondation Franz Weber (FFW) s’est battue avec énergie et conviction pour que cesse enfin la chasse illégale des oiseaux migrateurs au col de
l’Escrinet (Ardèche) – haut lieu de passage de nombreuses espèces.

Suite à une conférence de presse internationale, un procès devant la Cour internationale de Justice des Droits de l’Animal et l’acquisition d’une
parcelle de haute importance stratégique au col de l’Escrinet (base de tir des braconniers), la FFW a permis de mettre un terme à ce massacre.

Désormais, les ornithologues ont remplacé les chasseurs. De janvier à mai, ces passionnés d’oiseaux effectuent un suivi de la migration à travers des heures et des heures d’observations. Leur travail de sensibilisation du public (promeneurs) sur la migration et la protection des oiseaux, ainsi que leur présence dans les médias contribuent également à maintenir la protection des oiseaux établie au col de l’Escrinet.

Afin que l’harmonie perdure, la FFW continue de soutenir cette présence sur le terrain sous l’égide de La Ligue pour la Protection des Oiseaux
Coordination Rhône-Alpes (LPO Rhône-Alpes). Elle a ainsi assisté à l’assemblée générale de la LPO Rhône-Alpes le 24 mai 2014 qui se tenait à Vallon-Pont-d’Arc. Une rencontre qui a permis de mesurer, une fois de plus, toute l’importance de l’occupation du site par les ornithologues pendant la période extrêmement sensible de migration des oiseaux. Ainsi au printemps 2014, trois ornithologues «permanents» de la LPO Rhône-Alpes et 81 bénévoles ont compté, en plus de 2500 heures d’observation, 308›386 oiseaux. Ils ont relevé 99 espèces (rapaces, dont milans noirs / colombidés, dont pigeons ramier / non-passereaux, dont martinets noirs / passereaux, dont pinsons des arbres). Ce travail méticuleux de recensement permet non seulement de récolter des données à but scientifique, mais permet également de maintenir et d’améliorer la protection capitale des oiseaux migrateurs. La fin de ces recensements signifierait la fin de la présence des protecteurs des
oiseaux, ce qui impliquerait inévitablement la réoccupation du terrain par les chasseurs.

Outre ce travail admirable de suivi de la migration, les ornithologues ont réalisé un travail important en matière de sensibilisation du public. Sur le terrain, 979 personnes ont été renseignées sur la thématique des oiseaux migrateurs et des animations scolaires ont été organisées. Les ornithologues ont également partagé leurs connaissances à travers de nombreux articles de presse et quatre émissions de radio.

En conséquence, la participation a cette assemblée générale a permis de constater que le site du col de l’Escrinet est géré de manière très compétente. La Fondation Franz Weber, tout en restant vigilante, se réjouit que les oiseaux se soient réappropriés ce site autrefois entre les mains des chasseurs.

 

Plus d’information: