15.06.2020
Fondation Franz Weber

Communiqué aux médias : campagne contre la construction d’un atelier ferroviaire en pleine campagne – La Municipalité de Berne peut éviter cette destruction annoncée

Dans une campagne médiatique et d’affichage, la Fondation Franz Weber appelle le gouvernement communal de Berne à prendre position contre le projet d’atelier ferroviaire à l’ouest de la ville. Cette construction, pour laquelle un paysage naturel intact serait sacrifié, constituerait un véritable crime contre la nature. Le Syndic et ses collègues du Conseil municipal ont le pouvoir de prévenir cette destruction annoncée !

Un immense atelier ferroviaire est prévu à « Chliforst », un espace de détente en plein air situé sur le territoire communal de Berne. 150’000 mètres carrés de forêts et de prairies, qui abritent de nombreuses espèces, seraient sacrifiés pour ce projet. Construire une gigantesque infrastructure d’entretien et de nettoyage des trains dans une zone précieuse sur le plan écologique et agricole, riche en cours d’eau sinueux, forêts, prairies et présentant une remarquable diversité d’espèces, serait un véritable crime contre la nature.

Dans une campagne médiatique et d’affichage, la Fondation Franz Weber (FFW) s’adresse au gouvernement de la ville de Berne et lui demande de s’opposer à cette destruction annoncée. « La ville de Berne, commune sur le territoire duquel le projet doit voir le jour, dispose d’un large pouvoir d’appréciation quant à ce qui peut être construit sur son territoire communal. Le gouvernement ne peut et ne doit pas permettre que le paysage naturel de l’ouest de Berne soit détruit », indique Vera Weber, présidente de la FFW.

Il appartient maintenant au Syndic de la ville et à ses collègues du Conseil municipal de formuler des objections au projet et d’envoyer un message clair : « Non au site Chliforst ! ». En effet, si la procédure de permis de construire pour cette installation industrielle n’est pas attendue avant la fin de l’automne, le gouvernement de la ville de Berne doit formuler le plus tôt possible son rejet clair du projet. Les responsables de la ville, qui aiment revendiquer diriger la « ville la plus verte de Suisse », doivent se prononcer contre ce gigantesque projet industriel sur un site jusqu’ici préservé – même si le projet est présenté sous le couvert « vert » des transports publics.

Pour sa part, et indépendamment de la décision du gouvernement de la ville de Berne, la FFW se battra contre ce gros bloc de béton dans le Chliforst. « Par la voie politique ou par des moyens légaux, si nécessaire jusqu’au Tribunal fédéral », selon Vera Weber.

 

En savoir plus: