23.08.2019
Fondation Franz Weber

Communiqué aux médias: La CITES ne saisit pas l’opportunité de protéger les éléphants – l’UE principal coupable

Les votes de la journée sur les éléphants laissent un goût amer. Les propositions visant à rouvrir le commerce de l’ivoire ont été, fort heureusement, largement rejetées par les Parties à cette Convention internationale. Toutefois, la CoP18 n’a pas fait le pas qui était attendu d’elle, et a refusé d’accorder une protection absolue à tous les éléphants d’Afrique, contrairement à ce que demandait une large majorité des pays où vit cette espèce.

Genève – Le vote de l’UE, qui vaut 28 pays, a pesé lourd dans la balance, et scellé le vote. Pour seule argumentation de sa position contre une meilleure protection des éléphants, l’UE a déclaré, faussement, que les pays de l’aire de répartition de l’espèce seraient opposés à cette protection, alors même que la proposition en question a été présenté au nom de pays représentant 70% de cet habitat.

Le Président du Comité de la CoP18 dans lequel les débats ont fait rage n’a pas fait preuve de l’impartialité attendu de lui, donnant la parole majoritairement aux pays d’Afrique australe, favorable au commerce de l’ivoire – la proposition de la Coalition pour l’éléphant d’Afrique de protéger ses éléphants a été examinée en à peine 20 minutes. Dommage que les pays Parties à la CITES ne se soient pas donné la peine d’accorder à la question de la survie des éléphants d’Afrique l’importance qu’elle mérite.

La Fondation Franz Weber suivra encore les derniers jours de la Conférence des Parties, qui se terminera le 28 août prochain, et qui a la particularité d’être riche en rebondissement. Rien n’est définitif jusqu’à la clôture de la CoP18 ! Tout particulièrement, le débat sur les exportations d’éléphants vivants pourrait bien ne pas être clos, et susciter encore d’intenses réactions à Genève.

Informations complémentaires
Stop au commerce d`espèces menacées!
Flyer d’informations CITES propositions pour les éléphants : anglais, français