17.10.2019
Fondation Franz Weber

Nouveau scandale de la viande suisse

Des enregistrements clandestins révèlent des actes de cruauté animale dans le cadre du chargement de porcs en Suisse. Sentience Politics et la Fondation Franz Weber estiment que l’élevage intensif en est responsable, et demandent un changement de paradigme.

Beaucoup de porcs suisses sont malheureux. Des enregistrements clandestins dans des halles d’engraissement révèlent ce qui leur arrive durant le chargement : ils sont attrapés par les oreilles ou par la queue, battus, reçoivent des coups de pieds et de bâtons électrifiés pourtant illégaux. L’organisation de protection des animaux Tier im Fokus (TIF) le démontre à l’aide de prises de vues récentes.

Meret Schneider, co-directrice de Sentience politics de Sentience Politics, n’est pas surprise par ces images : « Qui sème l’élevage intensif récolte la cruauté envers les animaux ». La militante de l’initiative contre l’élevage intensif critique la tendance à l’intensification de la production animale. « Les contraintes financières favorisent les mauvais traitements dans les élevages », explique Meret Schneider. Elle s’engage avec l’association Sentience Politics pour un changement de paradigme dans l’agriculture.

En septembre dernier, l’initiative fédérale contre l’élevage intensif a été déposée, et elle devrait être soumise à la votation populaire dès 2021. L’initiative veut élever les exigences en matière d’élevage d’animaux en Suisse au niveau de Bio Suisse. En conséquence, le cheptel suisse diminuerait considérablement, ce qui profiterait tant aux animaux qu’à l’environnement. D’après Vera Weber, présidente de la Fondation Franz Weber qui soutient activement l’initiative, « De telles scènes d’horreur, comme celles que montrent les récents enregistrements publiés le 16 octobre 2019, vont bientôt appartenir au passé grâce à cette initiative ! ».

 

Informations complémentaires