14.04.2020
Fondation Franz Weber

#ParceQueNousMangeonsdesAnimaux: A(H1N1), virus de la grippe A

Un sous-type du virus H1N1, jusqu’alors inconnu, s’est rapidement répandu dans le monde entier en 2009, faisant suite aux premiers foyers apparus en Amérique du Nord et en Amérique centrale. Le virus avait été transmis à l’homme par des porcs élevés dans des fermes industrielles. De nouvelles estimations suggèrent que plus d’un demi-million de personnes ont été victimes du virus, 80% des morts ayant moins de 65 ans – ce qui est totalement atypique pour ce type de virus.

 

Origine : le A(H1N1) est une maladie d’origine zoonotique, c’est à dire transmise de l’animal à l’être humain. Les données disponibles indiquent que le virus a été transmis du porc à l’homme (Trovão et Nelson, 2020).

Pays : le Mexique a été le premier pays à signaler des cas, suivi par les États-Unis et le Canada. (OMS)

Année : 2009

Létalité : 575 000 morts. Il n’existe pas de chiffres exacts, car les symptômes peuvent se confondre avec ceux d’autres maladies. Néanmoins, une étude conjointe CDC-LED (2012) a conclu que près de 395 600 personnes sont mortes suite à des difficultés respiratoires et près de 179 900 suite à des difficultés cardiovasculaires, ces pathologies ayant été causées dans les deux cas par le virus (CDC).

Symptomatologie : dans les 2 à 3 jours suivant l’infection, le virus provoque maux de gorge, toux, maux de tête, rhinite, douleurs musculaires et induit un état de faiblesse.

 Quelques conséquences sociales et politiques :

La propagation rapide au niveau mondial de la grippe A(H1N1) a soumis à rude épreuve les systèmes de santé de différents pays, dont le niveau de développement est élevé – à la différence de l’évolution de la majorité des maladies infectieuses, telles que le NIPAH, l’Ebola ou le choléra, qui frappent et perdurent dans des environnements caractérisés par une extrême pauvreté. En Angleterre, par exemple, la flambée du virus a provoqué deux vagues d’entrées massives dans 170 hôpitaux du pays entre 2009 et 2011. Cela a engendré une augmentation des coûts d’admission et de fonctionnement du réseau des hôpitaux de près de 46 millions de livres sterling, qui étaient a priori destinés à d’autres secteurs de la politique sociale britannique (Delivorias et Scholz, 2020).

L’économie mexicaine a enregistré des pertes à hauteur de 1,1 milliard de dollars US dans le secteur touristique (approximativement 10 % des revenus du tourisme international) (Speakman et Sharpley (2012).

 

En savoir plus :

  • Notre projet « Corona et autres pandémies »
  • Reportage recommandé: Un reportage de 2009 traitant de la pandémie de grippe H1N1, qui, d’une certaine façon, anticipe notre situation actuelle en se fondant sur les expériences du passé. Il explique, sous forme didactique en moins de 15 minutes, non seulement les implications scientifiques des virus et des pandémies, mais également leurs terribles conséquences sociales et politiques. Fortement recommandé. Voir les vidéos