28.01.2020
Julia Fischer

Un sponsor « historique » de la corrida se retire

La persévérance porte ses fruits : le 20 janvier 2020, l’entreprise française Pernod-Ricard a enfin décidé de mettre fin à son soutien et à sa communication en faveur de la tauromachie. Cette annonce intervient après plus de dix ans de pressions sur cette entreprise, notamment de la part de la Fondation Franz Weber, de concert avec Alliance Anticorrida et d’autres organisations, pour que le groupe renonce à son « sponsoring » honteux de la corrida.

En 2009, la Fondation Franz Weber, Alliance Anticorrida et d’autres organisations, ont lancé ensemble la campagne « Non au soutien des corridas ! ». Les organisations de lutte contre la tauromachie ont mené une campagne persistante, faisant savoir au groupe Pernod-Ricard, encore et encore, l’insatisfaction des consommateurs. Depuis le début de cette campagne, des milliers de lettres de protestation, par lesquelles les consommateurs déclaraient qu’ils allaient boycotter les produits Pernod Ricard si le soutien à la corrida continuait, ont été envoyées à l’entreprise.

L’idée n’était pas de porter préjudice à Pernod Ricard, mais uniquement de sensibiliser les consommateurs. Pernod-Ricard est, de par sa taille, le deuxième plus gros producteur mondial de spiritueux, et possède certaines des marques de spiritueux les plus vendues au monde (telles que Ballentine’s, Absolut Vodka et Beefeater) – le groupe était auparavant l’un des plus grands supporters de la communauté taurine, et soutenait activement de nombreux clubs taurins.

En associant inéluctablement le nom, la popularité et la solidité financière de Pernod-Ricard à une activité que condamne fortement la majorité de la population européenne, les organisations de protection animale a fait courir au groupe un risque croissant que ses clients, soucieux du bien-être animal, finissent par abandonner totalement les produits de l’entreprise, et se fournissent en spiritueux auprès d’un concurrent. Depuis 2009, plus de 300’000 lettres de protestation ont été imprimées pour la campagne (en français, anglais, espagnol, néerlandais, portugais et allemand). Ces envois persistants ont été décisifs au changement de direction de l’entreprise, en ce début de nouvelle décennie, et ont engendré une victoire importante pour la lutte contre la souffrance des animaux !