03.07.2019
Leonardo Anselmi

Comment vaincre un pro-corrida en quatre leçons

L’abolition de la corrida dans le monde est l’une des plus grandes ambitions de la Fondation Franz Weber. Mais nous refusons de céder à la violence et d’adopter les méthodes de nos adversaires. Nous croyons au pouvoir des mots. Afin de lutter contre les défenseurs de la tauromachie, nous avons donc développé des réponses pour lutter contre leurs quatre principaux arguments.

Argument: « La corrida est un art populaire et une tradition ».
L’on peut certes estimer qu’il s’agit d’un « art ». Cela étant, tout débat prend immédiatement fin en présence de cruauté, de torture animale, pour le simple divertissement des hommes. Dans chacun des huit pays qui connaissent encore la corrida en 2019, des sondages démontrent clairement qu’une large majorité des habitats rejette cette forme de torture d’animaux. Ce qui était auparavant considéré comme « normal » et qui pouvait être justifié sous le couvert de la « tradition » est aujourd’hui remis en question. Les temps changent!

En expliquant que la «liberté individuelle doit être respectée», les partisans de la corrida s’opposent à l’interdiction de cette pratique.
Nous estimons que cette argumentation est fausse, au vu en particulier de l’obligation de l’Etat de protéger tout un chacun contre des comportements nocifs pour leur santé. Le principe d’interdiction de la corrida, appliqué en parallèle à la protection du psychisme, du physique et de la vie, constitue une protection morale indispensable de chaque individu!

Les partisans de la corrida estiment que le taureau de combat a une vie heureuse, jusqu’à sa mort.
Le fait est que les vastes prairies où paissent les taureaux de combat évoquées par les pro-corrida ne concernent qu’une minorité d’élevages, la majorité ne disposant pas de centaines d’hectares mais d’installations étriquées dans lesquelles s’entassent les bovins. De sa naissance jusqu’à la fin de sa vie, environ à l’âge de quatre ans, le jeune taureau ou la génisse qui lui donne naissance subit en vérité de nombreuses mutilations, des tests de bravoure et des marquages au fer rouge.

Argument: « le taureau de combat va s’éteindre si l’on interdit la corrida ».
Préserver une race uniquement pour qu’elle connaisse, à la fin de sa vie, une mort atroce? Le fait est que les taureaux de combat constituent une race de taureaux domestiques, que l’homme a façonné au moyen de sélections. L’argument qui consiste à dire que cette race va « s’éteindre » n’a donc pas de sens, car l’extinction, au sens scientifique du terme, ne concerne que les espèces et sous-espèces, et non les races issues de sélections humaines.

En lire plus dans notre site project.