20.02.2020
Sauver Lavaux - Helvetia Nostra - Fondation Franz Weber

Communiqué aux médias : Le Dézaley menacé par une promotion immobilière qui détruirait la protection même du site de Lavaux/UNESCO !

Conçu dans le cadre du plan de quartier « Treytorrens Nord- Rte de Treytorrens 3,5, 7,9 » élaboré par la commune de Puidoux, le projet est présenté par ses promoteurs – la communauté héréditaire de Jean et Pierre Testuz et le groupe immobilier Orlatti Real Estate – comme une simple opération de « restructuration d’un site vigneron ». La réalité est cependant fort différente :

le Dézaley, vignoble unique au cœur du site de l’UNESCO, se trouve de fait directement menacé par une promotion immobilière spéculative démesurée. La protection du site de Lavaux, et du même coup la volonté populaire, sont remises en cause. Face à cette menace nationale sur une carte touristique de la Suisse parmi les plus belles, l’Association Sauver Lavaux entend plus que jamais monter au front, appuyée par Helvetia Nostra.

Comme le dénonce Suzanne Deblüe, désormais présidente de l’Association Sauver Lavaux créée par Franz Weber, ce projet ne représente pas qu’une menace immobilière parmi d’autres : il s’agit au contraire d’une attaque directe, d’un acte de défiguration volontaire, contre un site symbolique, un lieu emblématique notamment chanté par le poète et écrivain C.-F. Ramuz. Des logements de luxe remplaceraient des bâtiments agricoles, ainsi qu’une zone commerciale (hypothétiquement, un restaurant, des chambres d’hôtellerie et différentes surfaces encore non définies et sans acheteur/locataire annoncé).

Ce projet constitue une aberration par rapport à la tradition vigneronne, et une véritable brèche dans la protection de Lavaux. Concrètement, les opposants – qui ont fait valoir mardi 18 février leurs arguments devant la Municipalité de Puidoux – dénoncent une scandaleuse violation de la Loi sur le plan de protection de Lavaux (LLavaux), du Règlement communal sur la police des constructions de Puidoux et de la Loi cantonale sur la protection de la nature et des sites (LPNMS). La Municipalité, elle, se dit « consciente du caractère sensible » du lieu, mais se cache derrière un plan de quartier pour justifier l’acceptation du projet, qui paraît jouée d’avance.

Le classement au label de l’UNESCO bafoué !
Pour Sauver Lavaux et les autres organisations opposantes, le projet porte concrètement atteinte au caractère et à la beauté d’un site reconnu exceptionnel, inscrit par l’UNESCO au Patrimoine mondial de l’Humanité. Les constructions nouvelles en fer à cheval autour de l’ancienne maison vigneronne défigureraient l’endroit pour toujours. Surtout, cette promotion immobilière n’a aucun réel rapport avec la viticulture, alors même que le site est précisément inscrit au Patrimoine de l’humanité en raison de la relation établie entre le paysage et le vigneron… En clair, il ne s’agit en rien d’une « reconversion du domaine bâti existant », mais de la destruction de l’entier des bâtiments à vocation viticole autour de l’ancienne maison au pur profit d’un projet immobilier. En cas de réalisation, le projet pourrait constituer pour l’UNESCO une bonne raison de rayer Lavaux de la liste des sites à valeur exceptionnelle après tous les efforts consentis pour obtenir ce label reconnu dans le monde entier.

Une menace bien réelle
Sauver Lavaux estime que le risque de défiguration est bien réel. Ainsi, pour Vera Weber, désormais vice-présidente de l’association Sauver Lavaux, un tel projet constitue non seulement une insulte à la mémoire de son père, Franz Weber, mais bafoue surtout la volonté de protection de Lavaux, exprimée maintes fois par le peuple vaudois. Sauver Lavaux entend bien poursuivre, avec Helvetia Nostra, son légitime combat jusqu‘au Tribunal fédéral. Et cela d’autant plus que la morosité économique du secteur viticole suisse pourrait contraindre d’autres vignerons à s’engager sur les chemins tordus de la compromission immobilière, relève encore un vigneron de Lavaux. Il faut éviter un précédent aussi dangereux.

Comité de Sauver Lavaux renforcé
Indépendamment de l’urgence de ce dossier, l’Association Sauver Lavaux vient de décider de se renforcer pour accroître encore son efficacité et sa force de frappe. C’est ainsi que le comité est désormais présidé par Suzanne Deblüe, jusqu’alors secrétaire générale, tandis que Vera Weber, présidente de la Fondation Franz Weber, a été appelée comme vice-présidente. L’Association pourra par ailleurs toujours compter sur Me Marcel Heider, fer de lance de Sauver Lavaux depuis des années.