30.10.2021
Fondation Franz Weber

Corrida: enfin une bonne nouvelle!

Les aficionados n’ont pas toujours besoin de nous pour perdre du terrain auprès de l’opinion publique. Non contents d’organiser une corrida pour le 15 août à Gijon, ville côtière dans les Asturies (photo ci-dessous), une région dénuée de tradition taurine, les organisateurs ont cru de bon goût d’appeler deux des malheureux taureaux condamnés à périr dans l’arène «féministe» et «nigérian».

Comme si assassiner et torturer un animal innocent ne suffisait pas, il fallait en plus qu’ils donnent à la corrida des relents racistes et misogynes! Déjà agacés par cet évènement, pas du tout ancré dans la culture locale, les asturiens ont vu rouge. Face à l’ampleur de la polémique sur les réseaux sociaux, émanant notamment d’associations de protection animale et des droits des femmes, la municipalité a annoncé bannir définitivement les corridas de son territoire. Pour une fois, que les taureaux sont vengés…