11.04.2020
Thomas Abel und Cécile Speitel

Le Rütihard – Un joyau du paysage aux portes de Bâle

À l’heure actuelle, un espace de détente au sein d’une nature accueillant l’agriculture est un bien éminemment précieux. Le site de Rütihard, au-dessus de la ville de Muttenz, BL, voit cet atout se heurter à des intérêts économiques: ce paysage typique fait l’objet d’un projet d’extraction de sel par les Salines suisses. Une telle exploitation suscite la résistance de la population. La Fondation Franz Weber soutient la Communauté d’intérêts «Sauvez le Rütihard».

Situé au-dessus de la ville de Muttenz, le Rütihard n’a jamais été aussi fréquenté que depuis le printemps dernier. Les familles poussent leurs landaus sur les hauteurs, les adolescents recherchent un espace de liberté, d’autres promènent leur chien, font du vélo, du jogging ou se baladent à cheval. Dans ce paysage magnifique et varié, on se sent à mille lieues de l’agitation, du bruit et des odeurs d’une agglomération urbaine. On peut laisser son regard vagabonder au loin. Ce ravissement laisse difficilement imaginer que le troisième tronçon autoroutier le plus emprunté, la plus grande gare de marchandises et le site industriel le plus imposant de Suisse se trouvent dans un rayon de quelques kilomètres. Les habitants de Muttenz ne sont pas les seuls à voir dans ce joyau du paysage aux portes de Bâle un espace de détente ou un
terrain expérimental pour les groupes de jeu en forêt et les sorties scolaires. Y viennent aussi des personnes de la région qui souhaitent trouver le calme et prendre du recul face au quotidien, faire des rencontres et échanger, que ce soit en famille au coin du feu, entre membres de groupes de jeunes ou pour se détendre en pratiquant une activité physique.

Qu’est-ce qui rend le Rütihard aussi unique?
Quiconque se rend sur les hauteurs du Rütihard a la sensation de quitter la ville et d’entrer dans une oasis de tranquillité. Comme le Rütihard est e n – touré de forêts – dont une partie est une réserve naturelle – l’on s’y sent à l’abri de la zone industrielle et résidentielle de l’agglomération de Bâle. On n’entend que le cri des corbeaux et le tambourinage des pics épeiches, des pics verts et des pics cendrés. Des milans et autres rapaces tournoient dans le ciel, un héron cendré vole en direction de Rothallenweiher pour y trouver de la nourriture, et les cigognes cherchent des vers lorsque le paysan laboure le champ. De là-haut, on a une large vue sur un paysage diversifié et plein de charme, qui s’étend sur plusieurs kilomètres jusqu’au Wartenberg et à ses ruines. Aucune ligne électrique ne vient gâter le paysage et, quelque soit
l’endroit où l’on se trouve, les arbres dissimulent la plupart du temps les cheminées industrielles et les maisons.

Ce paysage doit-il craiment être protégé?
Le Rütihard est un espace culturel qui offre une grande biodiversité; une forêt aux lisières arrondies, des haies, des arbres fruitiers haute-tige, des prairies, des pâturages et des terres agricoles. On y voit paître des vaches, des veaux et des moutons, on y rencontre également de nombreux chevaux provenant de l’écurie d’une ferme se trouvant au sud-est.

Cavalières et cavaliers sont de sortie toute la journée sur des chemins et des routes généralement non goudronnées. Deux ruchers abritent les animaux productifs qui fertilisent les plantes agricoles telles que les lentilles, les pois chiches, les courges et bien entendu les pommiers et cerisiers haute-tige. Le nombre important de niches et d’habitats écologiques favorise une grande diversité de plantes et danimaux. À l’est et au sud-est, le site du Rütihard jouxte les réserves naturelles et fait lui-même partie intégrante de la zone de protection paysagère. En d’autres termes: une activité agricole peut y être pratiquée, mais elle est soumise à des réglementations strictes. Par exemple, la culture des légumes ne doit pas être recouverte de plastique. Même l’installation d’une plus grande étable pour les vaches ou les moutons est interdite.

Agriculture et nature – synergie ou contradiction?
Local plutôt que mondial! Ce qui est cultivé et récolté sur le Rütihard est en premier lieu destiné à la vente directe à la ferme: pommes de terre, blé, épeautre ancestral, orge, lentilles ou pois chiches. Cinq agriculteurs cultivent la terre avec ménagement, selon les normes de la production intégrée. Ils ont loué cinquante hectares à la communauté de Muttenz, qui possède la quasi-totalité des terres et de la forêt environnante. Les pâturages, l’herbe des prairies et le maïs cultivé servent principalement à nourrir les moutons, les bovins ou les chevaux de leur exploitation personnelle. L’engraissement des sols se fait essentiellement par l’apport de matières organiques issues de leur propre cheptel. La signification du nom Rütihard est «forêt défrichée»: il y a plusieurs milliers d’années – au Néolithique – la forêt d’origine qui couvrait le Rütihard a été défrichée. D’aucuns souhaiteraient voir le Rütihard retourner à la nature. Laissé pour ainsi dire à l’état naturel et recouvert uniquement de
forêt, le Rütihard serait cependant très appauvri du point de vue écologique. Dans un espace culturel ouvert, pourvu de haies et de niches, la biodiversité est importante. De surcroît, les sols lœssiques présents sur le Rütihard comptent parmi les meilleures terres arables de Suisse
– ce qui fait de ce site l’endroit le plus approprié pour produire de la nourriture pour la région.

Menace d’un projet d’extraction de sel
Le joyau du paysage qu’est le Rütihard est actuellement menacé par un projet d’extraction de sel des Salines suisses AG, qui durerait 40 ans. L’entreprise, qui détient le monopole du sel en Suisse, pratique l’extraction du sel à Muttenz depuis déjà un demi-siècle. Avec 72 trous de forage, Muttenz couvre depuis 50 ans la moitié des besoins en sel de la Suisse. Les Salines prévoient maintenant de faire du Rütihard la prochaine zone d’extraction de sel à Muttenz, bien que les réserves de sel sous le Rütihard ne suffiraient à couvrir les besoins en sel de la Suisse que pour une durée maximale de 9 ans. L’entreprise a l’intention, à partir de 2025, d’installer sur l’ensemble de cette butte verte si pittoresque 30 trous de forage et de recouvrir celle-ci d’un réseau de conduites d’azote gazeux, d’électricité, de saumure et d’eau. Des
tranchées seraient creusées et, durant des décennies, Rütihard serait continuellement transformé en un gigantesque chantier, sans parler des imprévisibles risques géologiques. Après 30 à 40 ans d’exploitation, les ressources du salin seraient taries. Il ne resterait que 30 immenses cavités remplies d’eau salée et de déchets de production à une profondeur de 200 à 300 mètres, les canalisations enfoncées dans le sol et les surfaces bétonnées des sites de forage, telles des cicatrices sur et sous la terre, véritable préjudice à la microflore, à la microfaune et à la fertilité.

Conclusion
Le Rütihard est une oasis verte de tranquillité située à Muttenz, où agriculture et nature sont en synergie, un espace de détente et de découverte que les habitants de l’agglomération affectionnent de plus en plus. L’intégrité de ce paysage ne doit pas être sacrifiée à l’extraction
du sel, matière première désormais bon marché et disponible en abondance dans le monde entier – il existe de meilleures alternatives, tant sur le plan économique qu’écologique.

 

Plus d’information: