13.01.2022
Helvetia Nostra

Communiqué aux médias: Parc éolien « Sur Grati » ‒ Les ONG inquiètes pour l’avenir des crêtes jurassiennes

Les organisations Helvetia Nostra, Paysage-Libre Vaud et SOS Jura ont pris connaissance avec déception de la décision du Tribunal fédéral de rejeter leur recours contre le Plan partiel d’affectation du parc éolien « Sur Grati », au-dessus de Vallorbe. Le Tribunal fédéral considère que le développement des parcs éoliens l’emporte sur toute autre intérêt. Bien que les permis de construire concernant les 6 turbines d’une hauteur de 210 mètres n’aient pas encore été délivrés par les communes, la validation du site d’implantation constitue une estocade à la protection de la biodiversité et du paysage.

Le 22 décembre 2021, le Tribunal fédéral a rendu un arrêt validant le Plan partiel d’affectation du parc éolien « Sur Grati », sur les crêtes au-dessus de Vallorbe. Dans ses considérants, le Tribunal invoque notamment la Stratégie énergétique 2050 de la Confédération, qui permettrait selon la Haute Cour de sacrifier même les paysages les plus reculés et intacts en faveur de l’éolien. La présence d’habitats pour de nombreux oiseaux, la beauté de ce paysage encore paisible, les autres moyens disponibles pour assurer les besoins énergétiques de la Suisse – ces arguments, avancés par les trois organisations de protection de la nature et du paysage, n’ont malheureusement pas convaincu la plus haute instance helvétique.

Les organisations avaient demandé – en vain – que les impacts des 6 éoliennes prévues soient évalués conjointement aux deux autres projets situés à faible distance : le parc éolien du Mollendruz (12 éoliennes, dont la plus proche serait construite à moins de 3 kilomètres), et le parc éolien de Bel Coster (les 9 turbines à 5 kilomètres). L’ensemble de ces trois parcs, avec leurs 27 turbines, produira des impacts négatifs cumulés sur les oiseaux, les chauves-souris et le paysage de cette région. Pourtant, le Tribunal fédéral ne voit pas le besoin de coordination, évident aux yeux des ONG.

Le Tribunal fédéral a également estimé que les mesures de compensation et de protection concernant les impacts sur l’avifaune et les chiroptères étaient suffisantes, alors que les trois organisations les jugent minimalistes.

Avec cet arrêt, le Tribunal fédéral a rendu son troisième jugement favorable aux éoliennes, après ceux concernant les parcs de Sainte-Croix (VD) et de la Montagne de Granges (SO). D’après les organisations recourantes, la décision, à l’instar de précédentes, est pourtant contraire aux principes fondamentaux de l’aménagement du territoire, qui exigent que les bases naturelles de la vie, telles que la forêt et le paysage, soient protégées. Les organisations restent convaincues que le tournant énergétique peut se faire en épargnant les éléments les plus précieux de nos paysages et de notre biodiversité.