15.11.2020
Fondation Franz Weber

Comment la FFW lutte contre l’abattage des arbres

La valeur de nos arbres est trop souvent méconnue, et notre attitude est irresponsable. Les vieux arbres sont de plus en plus fréquemment un obstacle à des projets de constructions, de rues ou de lignes de tramways. La Fondation Franz Weber ne saurait assister sans réagir à cette catastrophe écologique et esthétique qui menace insidieusement la Suisse.

Le tram d’Ostermundigen
En mars 2018, la population du canton de Berne a voté à une courte majorité le tram d‘Ostermundigen, bien que les électeurs de l’Oberland bernois aient été plus nombreux à voter contre que ceux des zones urbaines. La ligne du tram exige de couper près de 200 vénérables arbres qui formaient des allées à la Viktoriastrasse et l’Ostermundigenstrasse – et ce alors même qu’ils représentent un précieux biotope pour les
animaux et un poumon vert pour la population urbaine. La Fondation Franz Weber a pu prouver, grâce à un rapport de Fabian Dietrich,
que l’état des arbres avait été délibérément noirci par rapport à la réalité dans le cadre de la campagne électorale. L’organisation dirigée par Vera Weber et trois autres fondateurs du comité «Non au tram de luxe Berne-Ostermundigen» ont déposé des recours auprès du Tribunal fédéral – qui les a malheureusement rejeté. Le début des travaux a toutefois été reporté, de 2021 à deux ou trois ans. On peut donc encore espérer voir les avis changer et les arbres sauvés.

Le tilleul protégé d’une commune de Thoune
Le tilleul a été mal taillé il y a quelques années, et présente des zones de pourrissement, des branches qui menacent de casser et du bois mort. D’après la Commune, il devait donc être abattu. Fondée sur un rapport sur l’état de l’arbre réalisé par Fabian Dietrich, la Fondation Franz Weber s’y est opposée. Le rapport explique qu’avec des soins adaptés, l’arbre ne causerait plus aucun danger et pourrait être conservé. Reste à espérer que les générations futures pourront elles aussi se réjouir de sa présence. La décision est désormais entre les mains du
Préfet.

Les hêtres pourpres du Twannberg
D’éminents hêtres pourpres d’âge vénérable se dressent dans la forêt du Twannberg. Des soins très simples permettraient de les conserver sans problèmes et sans danger. Toutefois, le propriétaire tente de se soustraire à cette responsabilité et veut les couper. L’intervention de la Fondation Franz Weber n’a pas pu sauver tous les arbres, mais a eu un effet positif. En effet, d’autres arbres tout aussi imposants se dressent à proximité : leurs propriétaires ont été sensibilisés et sont disposés à leur donner les soins requis
pour les conserver sans danger.

L’épidémie d’abattage touche aussi la Suisse romande
En Suisse romande également, l’on abat des arbres en prétextant qu’ils seraient trop vieux ou que l’intérêt à construire l’emporterait,
pour se faciliter la tâche et sans trop réfléchir à des alternatives.

Ainsi, à Clarens, au bord du lac Léman, à proximité d’un débarcadère, d’une place de jeux et d’un petit parc, un séquoia géant pourrait disparaître. Le propriétaire de la parcelle souhaite le faire abattre, et a déposé une demande en ce sens auprès de la Commune de Montreux. Le motif? Il serait vieux et malade, puisque sa couronne est dégarnie, et représenterait un risque pour les usagers du parking avoisinant.

Pourtant, d’après Fabian Dietrich, l’arbre est en bon état général et il pourrait encore connaître une longue vie: il suffit de lui apporter
quelques soins simples et ciblés. En particulier, un mystérieux trou – vraisemblablement créé des mains de l’homme – abime la base de son tronc, et des travaux de remblayage étouffent ses racines. Il suffirait donc de supprimer le remblai et de prendre soin du tronc pour que l’arbre aille mieux. Mais cela n’est pas vraiment dans l’intérêt du propriétaire de la parcelle, qui souhaiterait, selon les informations de la FFW, construire à la place du vénérable séquoia une promotion immobilière…
Helvetia Nostra a fait opposition contre la demande d’abattage de l’arbre, et Vera Weber a récemment adressé un courrier au Syndic de Montreux, attirant son attention sur le non-sens de cet abattage et surtout sur les solutions alternatives, auxquelles la FFW est prête à participer. Peut-être que cela suffira pour faire entendre raison à la Commune, cette fois…

Helvetia Nostra agit dans la Suisse tout entière pour tenter d’empêcher l’abattage d’arbres vénérables, qui remplissent une fonction essentielle, même en ville, que de jeunes arbres ne peuvent pas assumer. Récemment, à Saint-Légier-La-Chiésaz, elle a par exemple cherché à éviter l’abattage de sept arbres protégés. La Commune et, finalement, le Tribunal cantonal, ne l’ont malheureusement pas entendu de cette oreille : selon eux, l’intérêt de construire un immeuble d’habitation, stérile, au coeur du village pittoresque, l’emporte sur l’intérêt à préserver un peu de verdure et des arbres de plusieurs dizaines, voire centaines d’années…

Les mentalités doivent absolument évoluer rapidement : si l’on continue à ce rythme, nous n’aurons plus que du béton et de jeunes pousses pour nous donner l’ombre, la fraîcheur dont nous avons désespérément besoin, et abriter toutes les autres espèces qui en dépendent.

 

Weitere Informationen: