24.04.2020
Fondation Franz Weber

#ParceQueNousMangeonsdesAnimaux: COVID-19

Le Sars-CoV-2 a provoqué une crise mondiale sans précédent, malgré plusieurs alertes précoces de la part de la communauté scientifique et des autorités sanitaires. Les recherches indiquent que le virus s’est déclaré sur un marché humide à Wuhan, en Chine. Il présente une forte similitude avec les coronavirus que l’on trouve chez les chauves-souris et les pangolins. On soupçonne donc que l’une de ces espèces soit à l’origine de la pandémie.

 

Origine : Bien que son origine soit toujours à l’étude, le Covid-19 semble être une maladie zoonotique causée par un coronavirus, le Sars-CoV-2. Une maladie zoonotique est une maladie transmissible de l’animal à l’homme. Le point commun aux différents premiers cas détectés est un marché d’animaux vivants situé dans la ville chinoise de Wuhan, dans la province du Hubei, en Chine. Depuis cet épicentre initial, la maladie s’est étendue à l’échelle mondiale. Les recherches indiquent que le Sars-CoV-2 présente une grande similitude avec des coronavirus comparables rencontrés chez les chauves-souris et les pangolins, ce qui explique que l’on suspecte l’une de ces espèces d’être à l’origine de la pandémie (Zhang, Wu et Zhang, 2020, Andersen et al., 2020).

Pays : ville de Wuhan, Chine (Asie). En dépit des restrictions adoptées par les différents pays concernant les déplacements à destination et au départ des zones infectées, le virus s’est étendu au monde entier.

Année : 2019

Létalité : Au 22 avril 2020, la carte mondiale du Covid-19 fait état de plus de 2.5 million de cas enregistrés et 179‘694 morts dans le monde entier (RTVE).

Symptomatologie : Les personnes infectées peuvent être asymptomatiques ou présenter une variété de symptômes des plus légers aux plus graves, parmi lesquels figurent la fièvre, la fatigue et la dyspnée (gêne respiratoire). La diarrhée et des symptômes d’affections rhinopharyngées, tels que des éternuements, une rhinorrhée et des maux de gorge, sont moins fréquents. Les complications les plus fréquentes sont la pneumonie et la défaillance de plusieurs organes qui entraînent parfois la mort. Le virus se propage principalement d’une personne à l’autre, surtout par l’intermédiaire des gouttelettes respiratoires qui sont expulsées lorsqu’une personne infectée tousse ou éternue. Ces gouttelettes peuvent atteindre la bouche et le nez des personnes présentes à proximité et possiblement pénétrer dans leurs poumons lorsqu’elles respirent. Actuellement, il n’existe aucun vaccin, bien que des tests aient été réalisés sur des singes que l’on a préalablement infectés. Suite à ces études, le premier essai clinique est en cours sur l’homme (108 volontaires de la ville de Wuhan, épicentre de l’épidémie).

 

Quelques conséquences sociales et politiques :

Le 31 janvier 2020, l’Organisation mondiale de la santé a déclaré l’état d’urgence sanitaire mondiale.

La crise du coronavirus constitue un point de rupture de l’histoire récente. L’Union européenne a fermé ses frontières pour la première fois de son histoire et de nombreux autres pays ont adopté la même politique. Pour sa part, l’Organisation internationale du travail (OIT) a communiqué un premier calcul de l’impact de cette conjoncture sur le monde du travail, estimant que près de 25 millions de personnes auront perdu leur emploi à l’issue de cette crise (OIT, 2020).

Le 25 février 2020, les autorités chinoises ont annoncé une interdiction sans précédent de la consommation alimentaire d’animaux sylvestres, mesure destinée à réduire les risques pour la santé publique (Business Insider, 2020).

Le vendredi 27 mars, le gouvernement indien a décrété le confinement total de la population pour une période de 3 semaines. Par conséquent, pour la première fois dans l’histoire, un tiers de la population mondiale se trouve en quarantaine, soit 2 600 millions de personnes. Les politiques d’austérité appliquées aux dépenses sociales ont été mises à l’épreuve dans de nombreux pays et la crise a abouti à l’activation temporaire de vastes plans d’investissements dans la santé publique, dans l’assurance de revenus de base pour les secteurs les plus appauvris de la société, dans la recherche scientifique et dans l’innovation technologique. En outre, la crise du coronavirus a fait écho à une crise du secteur pétrolier face à la prise de position de l’Arabie saoudite au sein de l’OPEP et à la chute des prix du pétrole, accentuant l’incertitude du secteur financier déjà frappé par la pandémie. (Cherkaoui, M., 2020).

On s’attend à une réduction des projections de croissance du PIB mondial. L’Organisation pour la coopération et le développement économique (OCDE) a revu son pronostic à la baisse en ce qui concerne le PIB mondial, avertissant qu’une flambée intense et durable pourrait limiter la croissance à 1,5 %. D’autre part, selon le rapport établi par le cabinet d’études britannique Oxford Economics, « une pandémie qui durerait 6 mois pourrait réduire de 1,1 trillion de dollars la croissance attendue du PIB mondial ». (Vaughan (2020) -NewScientist)

 

En savoir plus :

  • D’où vient le coronavirus et comment s’est-il développé? Que savez-vous de l’origine du SARS-CoV-2? Que sont les zoonoses? Quel rôle jouent les coronavirus dans les zoonoses? Pourquoi les zoonoses sont-elles en augmentation? Comment éviter de futures pandémies? Cette courte vidéo fournit des réponses à ces questions.
  • En raison de la crise du coronavirus, un animal qui était auparavant très peu connu est devenu célèbre. Cette créature timide, qui est considérée comme l’hôte intermédiaire du virus Sars-CoV-2, est le mammifère le plus commercialisé au monde. Cette courte vidéo de 2018 montre, en prenant l’exemple de la Côte d’Ivoire, pourquoi les huit espèces de Pangolin sont menacées d’extinction.
  • Notre projet « Corona et autres pandémies »