10.01.2020
Leonardo Anselmi

Portugal : bientôt, les mineurs ne pourront plus assister aux corridas

« Enfance sans violence » : depuis 2012, la Fondation Franz weber (FFW) mène cette campagne pour protéger les enfants de la violence des corridas. L’appel de la FFW a été entendu par le Comité des droits de l’enfant des Nations Unies, et les résultats sont tangibles – l’exemple le plus récent est celui du Portugal.

Un fait qui nous paraît inimaginable, mais qui est pourtant toujours une triste réalité fin 2019: dans huit pays, la corrida est encore autorisée. La Fondation Franz Weber (FFW) veut abolir cette terrible pratique dans le monde entier, une fois pour toutes.

Les taureaux sont torturés et les enfants souffrent
Dans le cadre de sa campagne « Enfance sans violence », la FFW est régulièrement en contact avec le Comité des droits de l’enfant de l’ONU. Celui-ci est responsable de l’application de la Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant. En 2018, la FFW a déposé auprès de ce Comité une documentation complète concernant les effets des corridas sur les mineurs au Portugal. Ce rapport dénonçait de graves accidents impliquant des enfants, décrivait la situation qui prévaut dans les écoles de corrida, non réglementées et non contrôlées, et fournissait des témoignages d’enfants qui ont vécu des accidents aux conséquences graves, voire mortelles, survenus lors d’évènements taurins au Portugal.
Le Comité des droits de l’enfant vient de rendre son dernier rapport concernant la mise en oeuvre de la Convention relative aux droits de l’enfant. D’après lui, soumettre les enfants à la violence des corridas constitue une violation de la Convention de 1989. La tauromachie est donc considérée, par le Comité, comme une forme de «violence contre les enfants».

Les rapports de la FFW ont des effets tangibles
En raisons de ces éléments, le rapport du Comité retient que l’âge minimum pour assister ou même participer aux corridas doit être fixé à 18 ans « sans exception ». Le Portugal est ainsi invité à prendre des mesures afin de sensibiliser les autorités, les médias et la population concernant les effets négatifs de la corrida sur les enfants. Ces conséquences néfastes sont également avérées lorsque les jeunes ne font qu’assister à ces «fêtes» macabres. Pour beaucoup, ce fait est encore méconnu.

Le Portugal annonce des mesures
Le rapport de l’ONU est sans appel: l’Etat portugais doit se positionner clairement et adapter sa législation aux recommandations du Comité des droits de l’enfant. Le parti actuellement au pouvoir au Portugal a d’ores et déjà annoncé des mesures pour mettre en oeuvre ces recommandations et tenir compte du postulat de base de la campagne de la FFW « Enfance sans violence ». Il s’agit d’un signe très fort du succès de notre travail de longue haleine!

 

Rapport du Comité des droits de l’enfant (2019): https://tbinternet.ohchr.org/Treaties/CRC/Shared%20Documents/PRT/CRC_C_PRT_CO_5-6_37295_E.pdf