27.12.2020
Miguel Angel Rolland

2020 – L’année où les corridas ont été annulées grâce à une pandémie…

Décidément, 2020 n’aura pas été une année comme les autres. La terrible pandémie de COVID-19 aura tour à tour affaibli, enfermé et ébranlé l’humanité tout entière – parfois, au bénéfice de ceux qui, d’habitude, souffrent le plus de l’activité de l’homme. Ainsi, la tauromachie s’est, le temps d’une saison au moins, pratiquement arrêtée – Quel avenir, maintenant, pour cette cruelle pratique?

C’est arrivé au printemps 2020. Au coeur de nos journées de confinement, nous avons pu assister à la renaissance de la nature, à l’amélioration de l’air dans les villes, à la diminution de la pollution, et même au timide retour de certains animaux dans les espaces envahis et détruits par les hommes. On n’entendait plus de coups de fusil de chasse, la vie explosait avec l’incessant bourdonnement des nouveaux êtres vivants qui voyaient le jour, et dans notre partie du monde (l’Espagne et l’Amérique latine, unies par le meilleur et le pire de la culture qu’elles partagent), les corridas se sont arrêtées. De même que les encierros (les lâchers de taureaux), les taureaux embolados (aux cornes protégées par des boules), les taureaux a la cuerda (traînés à travers les rues par une corde attachée aux cornes ou au cou), ou encore les taureaux al agua (poursuivis par la foule jusqu’à les contraindre à se jeter à l’eau). Même les abattoirs ont cessé de fonctionner! Beaucoup d’entre nous se demandent, la chanson Bohemian Rhapsody en tête: «Est-ce la vraie vie, ou est-ce juste un rêve?»

Fêtes taurines «sauvages»
En 2020, le rêve est devenu une réalité. Les corridas et la tauromachie en général, a (presque) cessé d’exister. Comme la plupart des fêtes populaires et religieuses, où l’on maltraite et où l’on tue les taureaux dans les pays qui les célèbrent. Tout est, malheureusement, dans le presque, puisque, avec la complicité des autorités publiques locales et nationales, beaucoup de ces fêtes ont tout de même été organisées, passant outre les mesures restrictives, mettant en danger les personnes présentes et, plus grave encore, tous ceux qui, par la suite, allaient se retrouver en relation avec celles-ci. Ces dévotions taurophiles étaient-elles motivées par l’amour de la tradition, de la Fiesta, ou, comme le dit Corleone, n’était-ce qu’une histoire de business? C’est ainsi que nous avons pu voir la tauromafia sortir à nouveau ses griffes.

Les taurins exigent des aides financières
Quelques jours après que l’Espagne a radicalement cessé toutes ses activités non essentielles, les soi-disant impresarios de la tauromachie ont été parmi les premiers à solliciter une compensation auprès du gouvernement de Pedro Sánchez. En se prévalant tant de l’aspect prétendument culturel de la tauromachie, que de son aspect économique (tout hypothétique soit-il), les dirigeants de l’ANOET (Association nationale des
organisateurs de spectacles taurins) se sont mobilisés pour demander à l’Etat espagnol une aide directe d’un montant de 700 millions d’euros, aide qu’ils estimaient «méritée». Ce montant devait compenser l’estocade que le confinement avait portée aux organisateurs de corridas et de festivités, aux éleveurs de taureaux et aux professionnels du secteur (toreros, picadors et banderilleros). En outre, ils ont exigé ce soutien sur un ton excédé, estimant qu’ils n’avaient pas bénéficié des aides promises par le ministère de la culture aux différents secteurs des arts et des spectacles.

Un secteur moribond
L’attitude «d’enfant gâté» des milieux pro-tauromachie n’a pas manqué d’attirer l’attention du public et a révélé au grand jour la réalité de ce secteur moribond, qui a depuis longtemps perdu le soutien de la majorité de la société espagnole. Le gouvernement de coalition actuel n’entendait d’ailleurs pas poursuivre un soutien financier aveugle à une industrie qui ne survit désormais qu’à grand renfort de deniers publics. Les demandes de financement de la filière taurine ont par ailleurs révélé que les professionnels de la corrida – assimilés à des artistes et des interprètes – ne cotisent pratiquement plus à la sécurité sociale, tant le nombre de fêtes taurines s’est effondré. En outre, le public a appris que les éleveurs de taureaux obtiennent des millions d’euros d’aides directes de l’Union européenne destinées à l’élevage de bétail, alors qu’ils viennent en réalité grossir les finances des spectacles taurins.

Le coup de grâce
Face à cette grave crise sanitaire, la population espagnole a tout simplement refusé que ses impôts soient utilisés pour soutenir le secteur taurin – à la place des secteurs de la santé, des emplois, du soutien aux petites et moyennes entreprises et aux arts, qui, eux, ne font pas usage de cruauté. Au Portugal, au Pérou, en Colombie, au Mexique et en Équateur, la vague d’annulations des spectacles taurins a laissé plus seuls que jamais les imprésarios, qui se sont retrouvés avec à peine une rediffusion à huis clos (en Espagne), et qui ont vu leurs appels au secours rester sans suite. La situation sanitaire n’étant pas encore stabilisée, le retour des corridas n’est pas pour demain. Une fois l’épidémie passée, on ne peut qu’espérer que la tauromachie aura, enfin, reçu son coup de grâce et que l’on ne reviendra jamais à célébrer de tels actes de cruauté.

 

Plus d’information: