21.06.2021
Elias Meier

Non à la prolifération d’antennes sur les crêtes du Jura!

Le Grenchenberg et le Wandfluh, avec les massifs du Weissenstein et du Balmfluh, constituent l’un des paysages les plus impressionnants de Suisse. La première crête du Jura et ses puissants flancs blancs marque la fin topographique du Plateau Central et la transition vers le massif du Jura.

Depuis 1942, l’ensemble du territoire est protégé par la zone de protection du Jura soleurois. Grâce à cette mesure de protection unique, la montagne est restée jusqu’à présent exempte de résidences secondaires, de routes larges et d’autres grandes infrastructures.

La seule installation qui détonne, et qui est largement visible, est une tour de transmission de l’entreprise d’énergie BKW, constituée d’un échafaudage en acier, qui dépasse de la forêt au point le plus élevé. Elle a été érigée à cet endroit il y a plusieurs décennies. La raison en est simple : elle peut utiliser la radio directionnelle pour connecter les points centraux de notre réseau électrique suisse au nord et au sud du Jura. Depuis Grenchenberg, on peut voir à la fois Berne et Bâle. En cas d’urgence, par exemple, les centres de contrôle des centrales nucléaires communiqueraient entre eux via la tour par relais radio. Aucun autre emplacement n’est possible pour une telle installation. Il a donc fallu trouver un compromis entre la protection du paysage et le besoin d’électricité, ainsi que les installations qui sont absolument nécessaires à cet effet.

Cette tour préexistante devrait aujourd’hui justifier la construction d’une nouvelle antenne sur le Grenchenberg: une tour de transmission radio de l’entreprise DAB. Environ 100 mètres plus à l’ouest, sur la crête exposée, au milieu de la zone de protection du Jura, une autre installation doit être construite. Elle surplomberait les arbres, et serait donc également visible de loin. Les auteurs du projet affirment que de toute manière, le paysage est déjà gâché par la tour de relais radioélectrique existante de BKW, et qu’une nouvelle installation serait donc possible sans problème. En faisant fi de la zone de protection du Jura et de la zone paysagère voisine 1010 «Weissenstein», protégée au niveau national.

En y regardant de plus près, on constate que la demande de permis de construire présente des contradictions importantes: l’antenne est censée couvrir un prétendu «vide radioélectrique» dans la commune de Grenchen, mais l’antenne n’est même pas visible depuis cette ville située sur la montagne. De plus, l’antenne rayonne dans une direction complètement différente. Le développeur du projet veut probablement équiper la région de Bucheggberg, à Soleure, de la nouvelle technologie radio DAB, et ainsi éviter l’installation d’antennes dans la région topographique difficile de Bucheggberg. Le promoteur du projet économiserait de l’argent, mais la flore et la faune de la montagne seraient exposées à d’énormes radiations. Directement sous l’antenne, dans la direction principale de rayonnement, se trouve une prairie sèche d’intérêt national, qui abrite des insectes rares et une diversité végétale unique. Le projet sur le Grenchenberg constituerait une brèche importante et ouvrirait la voie à la construction de nouvelles installations de radio et de téléphonie mobile, visibles de loin, sur nos massifs jurassiens. Les associations de protection de l’environnement, à l’instar d’Helvetia Nostra, luttent pour stopper cette croissance incontrôlée dans des zones de protection de la nature et du paysage.

Plus d’information: